Spooky2 Biofeedback

Pourquoi utiliser l’onde sinusoïdale lors des balayages (scan) des biofeedback ?

L’utilisation d’une onde sinusoïdale lors des balayages permet d’éviter les harmoniques lors de la recherche des fréquences pertinentes (hits).

Lorsque vous utilisez autre chose qu’une onde sinusoïdale, vous risquez également d’obtenir des fréquences candidates provoquées par des sous fréquences contenues par les harmoniques qui composent la forme d’onde.

En utilisant l’onde sinusoïdale, vous obtenez vos résultats de biofeedback basés uniquement sur la fréquence balayée. La résonance octale tiendra compte de tous les résultats qui sont dus à des fréquences en dehors de la plage de balayage basées sur des points nodaux communs partagés.

Exemple : Toutes les notes DO du piano résonnent de la même façon et ont de nombreuses propriétés en commun. C’est une résonance octale. Les notes de DO et SOL ne résonnent pas ensemble. Elles ne sont pas les mêmes sous quelque forme que ce soit. La note SOL est la tierce de la note DO.

Utiliser autre chose qu’une onde sinusoïdale pour effectuer le balayage ouvre la porte à des résultats basés sur les harmoniques induites par la forme d’onde. On ne peut plus garantir que les résultats sont dus à la fréquence fondamentale, au lieu de cela le résultat peut en fait provenir d’une harmonique qui a été générée.

Que se passera-t-il si vous changez de forme d’onde lors de l’application des résultats de numérisation ?

Lors de l’application des résultats d’un biofeedback, le risque est de changer la forme d’onde. Ce qui se produit alors, c’est que vous ne produirez pas la fréquence qui a provoqué le « hit » initial, ou ce sera peut-être en ayant perdu trop de puissance. Vous perdriez alors en efficacité.

Exemple : en balayant avec une onde carrée, le hit récupéré est 1000 Hz, mais ce résultat est en fait basé sur la 13ème harmonique (impaire) qui est toujours dans des niveaux de puissance raisonnables d’une forme d’onde carrée. En utilisant le préréglage en « dents de scie inversée » des préréglages « \shell (empty) presets\Remote\Killing (R) – JW », cette onde produit une belle répartition des harmoniques paires et impaires. La 13ème harmonique n’est plus à 6 niveaux de la fondamentale, mais à 12 niveaux de profondeur, et sa puissance devient insuffisante.

Cependant, si le balayage a été effectué en utilisant uniquement les fréquences fondamentales et sans tenir compte des harmoniques induites par la forme d’onde, peu importe la forme d’onde qui sera utilisée pour appliquer le résultat. Si le hit était basé sur un MOR (Mortal Oscillatory Rate, Taux d’Oscillation Mortel) qui était dans la 2ème, 3ème ou 4ème octave, il sera toujours atteint avec la fondamentale et les pathogènes seront toujours ciblés. Les harmoniques ne jouent aucun rôle vital.

76k à 152k couvre les plages suivantes avec une puissance suffisante grâce à la résonance octale.
76kHz – 152kHz – Gamme fondamentale
152kHz – 304kHz – 2e octave
304kHz – 608kHz- 3e octave
608kHz – 1216kHz -4ème Octave
Ces 4 octaves permettent de couvrir toute la bande de fréquence de 75kHz jusqu’à 1,2 MHz.

Il n’est donc pas nécessaire de compliquer les choses qui impliquerait des réglages spéciaux pour effectuer les balayages et, par conséquent, nécessiterait aussi des réglages complexes pour l’application des résultats.

Quant aux préréglages de biofeedback actuels, ils n’auraient jamais dû contenir des ondes carrées en premier lieu. À l’origine, il s’agissait de balayage à ondes sinusoïdales.

Conclusion
Ce qui précède n’est pas si technique. C’était juste long. voici un résumé.
1. L’utilisation d’une onde sinusoïdale signifie que le résultat correspond à la fréquence que vous avez balayée.
2. L’utilisation de quoi que ce soit d’autre ne garantit pas cela. Pour éviter tout problème, si vous avez balayé avec une onde carrée, vous devez utiliser une onde carrée lors de l’application des résultats.
3. L’application des résultats d’un balayage ne sont pas exacts si vous utilisez une autre forme d’onde que celle utilisée lors du biofeedback.
4. L’application des résultats du balayage à l’aide d’une autre forme d’onde, si elle n’est pas basée sur une onde sinusoïdale, pourrait entraîner une efficacité moins bonne (voir l’explication ci-dessus).
5. Les balayages basés avec des ondes sinusoïdales peuvent être appliqués librement en utilisant une autre forme d’onde car le résultat fournit se base sur une seule fréquence, la fondamentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *